Un port de marchandise où sont stockées et acheminées les marchandises

Comment devenir docker ?

Travail physique requérant beaucoup de rigueur, le travail de docker n’attire pas une foule de candidats comme à l’ancienne époque et pourtant, c’est un travail très rémunérateur. Y accéder n’exige pas des qualifications intellectuelles particulières et les candidats sont formés par les entreprises de formation en manutention portuaire.

Le métier de docker

Un docker réceptionnant des marchandises

source : metiers.siep.be

Encore appelé ouvrier portuaire, débardeur, manutentionnaire portuaire ou calier, le docker est cet agent portuaire qui est en charge du chargement et du déchargement des cargaisons. Un bateau arrive ou va lever l’ancre avec les lourds chargements, les cargaisons, les containers qui le concernent et le docker est là, s’activant pour assurer les opérations de déchargement et de chargement. C’est lui qui ouvre les cales, réalise l’accorage des véhicules, prépare le matériel de déchargement et de chargement et décharge ou charge les marchandises. Equipé au besoin d’engins de portage, dont des chariots élévateurs, des fenwicks, des ponts roulants et des grues, le manutentionnaire réalise son travail essentiellement à la force de ses bras. A la force physique doivent s’ajouter la capacité de concentration et la précision pour assurer le métier de docker puisque certaines opérations s’enchaînent, le succès des unes dépendant parfois de celui des autres. En outre, la ponctualité et la célérité sont requises puisque des contraintes délai sont attachées à certains produits comme les denrées périssables. A un niveau d’organisation plus élevé, le docker est aussi celui qui supervise le déroulement des opérations et les stocks et guide les conducteurs d’engins. En pensant à devenir docker, il faut savoir qu’on peut travailler de jour comme de nuit et puisqu’on doit s’adapter aux horaires des navires. Le métier de docker a beaucoup changé avec l’évolution des technologies mises en œuvre dans les ports. La tendance est actuellement à l’automatisation des manœuvres de chargement et de déchargement, ce qui exige une mise à jour au niveau des compétences des dockers, donc à leurs critères d’embauche.

Les conditions d’accès au métier de docker

Des containers en attente de chargement

source : www.still.pl

De manière générale, le métier de docker ne requiert pas de diplôme et ne s’accède pas par voie de concours. La formation qui ne dure que quelques jours est assurée par les différents centres de formation de manutention portuaire. Il n’y a pas d’école spécialisée dans le domaine de la manutention portuaire. Durant la formation, l’ouvrier portuaire apprend à manipuler et conduire les différents appareils de levage et de transbordement. Les principaux requis du métier sont à la fois simples et importants. Il faut évidemment avant tout une résistance physique à toute épreuve. Le goût pour le travail en équipe est nécessaire aussi puisque le manutentionnaire travaille en coordination avec d’autres dockers et des conducteurs. La précision tout comme la concentration est l’une des qualités les plus exigées puisque les caisses et colis délicats à manipuler, à déplacer et à ranger sont présents en abondance. Par ailleurs, l’inattention tout comme le manque de précision peut causer de graves dommages physiques pour le manutentionnaire lui-même. Tout individu de sexe masculin qui remplit ces conditions et qui, en plus est prêt à être disponible pour des horaires capricieux, peut donc envisager de devenir docker et postuler auprès d’un port. Après le recrutement, la formation se déroule jusqu’à l’obtention du CACES ou Certificat d’Aptitude à la Conduite en sécurité de Chariots Élévateurs qui est exigé pour l’exercice du métier. Le docker peut valider ses expériences aussi après par un Certificat de Qualification Professionnelle.

Les avantages du métier de docker

En dépit du fait que le travail de docker exige des conditions physiques extrêmes, le métier présente des avantages non négligeables. Le premier concerne le salaire. Partant du SMIC au départ, après la formation pour devenir docker, le salaire peut évoluer rapidement pour atteindre 3000 euros brut mensuel, voire plus. Le docker est rémunéré à la journée à raison d’environ 90 euros par jour mais le travail de nuit avec majoration de salaire n’est pas rare. Il faut reconnaître aussi que le travail est particulièrement accessible dès lors que la force physique et la motivation sont présentes puisque la voie d’accès ne passe pas par un concours. Comme tout métier, être docker est formateur surtout parce que la rigueur est de mise. Avec l’expérience et l’ancienneté, l’ouvrier portuaire peut espérer devenir animateur d’équipes ou gestionnaire de hangar un jour. Cette évolution est plus accessible aux candidats titulaires du baccalauréat.

A notre époque, il n’est plus question de faire la file pour se faire recruter comme docker dans un port et avec les technologies qui évoluent, le profil du métier s’adapte avec notamment les qualifications relatives à la conduite des engins de portage. Ce qui ne change pas, ce sont les exigences au niveau des conditions physiques, de la rigueur au travail et de la disponibilité. Un homme fort prêt à donner le meilleur de sa force pour bien gagner sa vie peut penser à devenir docker et espérer devenir un jour un superviseur qui travaille moins physiquement.

1 commentaire sur “Comment devenir docker ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *