Emprunter le chemin du photographe

Tous les jours, nous sommes envahis par des images. Publicités, illustrations et photographies nous entourent continuellement. De même, l’importance qu’une entreprise attache à sa communication visuelle ne cesse de grandir avec le développement des nouveaux supports de l’audiovisuel. Cette évolution, le métier de photographe la ressent quotidiennement. Choisir un métier dans la photographie, c’est choisir un métier vivant, toujours en mouvement et en quête de renouveau. Du service de communication d’une entreprise aux galeries d’art, comment faire partie des petites mains qui exploitent le langage universel de l’image ?

Comment devenir un photographe ?

Les différentes formations dans la photographie

Tirage argentiqueSe lancer dans des études de photographie, cela peut se décider dès la classe de 3e, en s’inscrivant dans un lycée spécialisé qui délivrera un bac professionnel en trois ans. Certains lycées généraux dispensent cependant des cours de photographe, dans le cadre d’une option facultative dont l’examen sera pris en compte lors du passage du baccalauréat général, l’occasion de se familiariser avec le matériel photographique de laboratoire, les techniques numériques, mais aussi l’histoire des grands professionnels de l’image. A la sortie du lycée, plusieurs options sont offertes. Il existe un BTS d’études de photographie, parfois conseillé au sortir d’un bac scientifique, qui demande certaines connaissances préalables en optique ou en physique. Un certain nombre d’écoles reconnues sont également spécialisées, c’est le cas notamment de l’École Louis-Lumière, de l’École de l’image Gobelins, d’Ina Sup ou encore des beaux arts. Les écoles privées, quant à elles, entraînent souvent un budget très lourd. Une formation de photographie peut également se suivre à l’université, en s’inscrivant en licence ou en master d’arts plastiques dans un établissement qui en propose la spécialisation, comme à Lille, Paris ou Amiens.

Le diplôme, un passage obligatoire pour un métier dans la photographie ?

Il n’est pas nécessaire d’avoir acquis un diplôme spécifique pour devenir professionnel de la photo lorsque l’on est un photographe débutant. Bon nombre d’amateurs se forment seuls, puis se spécialisent pour devenir des photographes autodidactes. Les cours de photographie ne manquent pas sur le net, les ouvrages non plus, comme autant d’outils personnels pour se forger sa propre expérience, petit à petit. Les stages de photographe sont également un bon moyen d’apprendre aux côtés d’un collègue expérimenté, moyennant une certaine somme. D’aucuns diront que le cours de photographe reste la meilleure école, celle du terrain. Par la suite, le photographe autodidacte ne dispose pas des opportunités laissées par certaines écoles, s’il désire devenir photographe indépendant, il doit travailler en libéral et ainsi démarcher ses propres clients en assumant tous les rôles, contrairement à d’autres professionnels qui dépendent d’une agence ou d’un groupe et de sujets définis à l’avance.

Évoluer dans la sphère des métiers de la photographie

Les qualités essentielles du photographe

Photographe en actionUn bon photographe est avant-tout polyvalent. En effet, avant de se demander comment devenir un photographe, il faut d’abord être certain d’être prêt à essayer toutes les casquettes que le métier implique : technicien de laboratoire, artiste, démarcheur, publicitaire, retoucheur, etc. Le photographe débutant doit évidemment faire preuve de sensibilité artistique et de créativité dans ses prises de vue, mais également être capable d’assurer le relationnel, de convaincre les clients et de défendre son travail. Il doit se montrer patient et être observateur, notamment pour la photographie animalière ou de paysage, et aimer les contacts humains lors de ses reportages ou pour la photographie de presse.

Les différents domaines de la photographie

Restauration de photoAvec un bon bagage technique, il est possible de couvrir une large palette des métiers dans la photographie, mais il ne faut pas oublier que 90% des emplois se trouvent en laboratoire, en qualité de technicien ou de responsable, par exemple. Le secteur de la restauration est, pour preuve, en plein déploiement et permet de redonner vie à de vieilles images défraîchies par le temps. On trouve notamment certains sites internet spécialisés dans la restauration qui offrent des services à distance. La presse est bien sûr l’une des possibilités, et requiert souvent une formation dans la photographie journalistique, dispensée dans les écoles de journalisme. Avec la globalisation du numérique, beaucoup de compétences informatiques peuvent également être mises à profit pour la retouche et le contrôle de qualité des prises de vue. La photographie artistique reste le secteur le plus sélectif, rares sont les élus à pouvoir exposer dans les galeries prestigieuses. Et, bien sûr, les photographes de guerre, les reporters et les photographes animaliers contribuent au rêve du métier. Mais, la meilleure école de photographie, c’est celle que donne l’expérience. C’est en forgeant qu’on devient forgeron, c’est en ne cessant de photographier qu’on apprend. La formation photo est nécessaire pour devenir un photographe professionnel mais encore faut-il prendre des clichés et avoir la modestie de les soumettre à des photographes professionnels qui aideront le débutant à gommer ses imperfections et ses défauts de jeunesse. Le métier de photographe nécessite de l’audace mais aussi de la modestie.

A chacun sa façon d’appréhender le métier

Beaucoup de photographes travaillent avec des agences de mannequins : on peut les considérer comme des photographes portraits. Les plus habiles savent faire ressortir ce qu’au premier coup d’œil, on ne voit pas. Ils sondent un peu les cœurs et les âmes à la manière d’un peintre. On est loin des photos portraits du début du XX° siècle. Le photographe pro peut être affilié à une agence comme MYOP, France Europe Photo ou GAMMA-RAPHO. Beaucoup sont aussi des photographes en freelance : ils travaillent en indépendants et font des photos sur commandes ou à leur compte. Ils les proposent ensuite à des agences ou des magazines. Ils couvrent régulièrement les grands événements, toujours à l’affût de la photographie qui va ébranler les esprits. Parce qu’ils ont une solide formation, qu’ils sont des passionnés, ils sont équipés des meilleurs appareils photos (reflex aps c). Il leur faut toujours créer la photographie que l’on s’arrachera, celle qui créera l’émotion et qui restera dans les mémoires.

Pourquoi ne pas compléter la formation photo par une formation audiovisuel ?

Mettre plusieurs cordes à son arc

Très souvent, des élèves qui ont une formation en Arts Plastiques bénéficient aussi d’une formation en audiovisuel qui les conduit à obtenir une licence en audiovisuel. Inversement, compte tenu des aléas de la vie professionnelle, il est conseillé à ceux qui envisagent de devenir photographe professionnel de bénéficier d’une solide formation en audiovisuel. Même si dans l’avenir, ces photographes professionnels percent dans l’univers de la photo, les connaissances requises dans l’audiovisuel, leur seront toujours utiles voire bénéfiques. Formation photographie ou formation sur le cas, les deux apportent leur lot d’excellentes photos : le métier de photographe naît de l’expérience et d’une forme de sensibilité.

Salaire et situation financière des métiers de la photographie

Une situation très variable

salaire photographeSelon le statut et le domaine dans lequel exerce le photographe, son salaire peut varier du tout au tout. Il est pour cela difficile de donner un chiffre fiable quant aux revenus moyens de la profession. Un technicien de laboratoire gagnera environ 1 300 euros lorsqu’un photographe de mode pourra avoisiner les 2 500 euros. Pour ce qui est du statut, un journaliste de presse aura un statut différent selon s’il appartient à une agence ou s’il vend ses clichés directement aux clients, en indépendant, ce dernier cas de figure étant généralement signe d’une situation précaire pour le jeune photographe autodidacte qui tente de percer sans formation de photographie. Les revenus du photographe indépendant dépendent donc uniquement de sa négociation.

Le budget du matériel photographique

La question des dépenses est essentielle au métier, le photographe est invalide sans son équipement, d’où la grande importance accordée au budget qu’il y consacre. Son matériel comprend un appareil photo, une sélection de flash et d’objectifs, mais aussi des trépieds, du matériel informatique, des logiciels, etc. La meilleure façon de recevoir un conseil pour achat d’appareil photo est peut-être encore celle du stage de photographe, où un professionnel expérimenté saura diriger les choix des novices. Difficile de considérer un minimum pour le budget du photographe, cela dépend du degré de qualité recherché. Certains considèreront qu’à moins de 15 000 euros, la matériel est indigne de celui qui veut en faire sa profession. D’autres prétendront qu’à partir de 600 euros, on peut s’en sortir de façon tout à fait convenable.

Rôle social de la photographie

Le témoignage d’une époque, d’un évènement

Guerre mondiale photographiePersonne n’a oublié les photographies de Robert Doisneau, instants volés à la vie quotidienne : ce sont aujourd’hui de formidables témoignages d’une époque révolue et dont beaucoup ont la nostalgie, surtout ceux qui étaient enfants à l’époque où Doisneau aimaient à photographier des enfants qui n’ont plus rien à voir avec les écoliers d’aujourd’hui. Quant aux photographes comme Robert Capa ou Yann Arthus-Bertrand, ils ont fait naître plus d’une vocation de photographe pro. Les photographes professionnels, véritables chasseurs d’images ont payé à travers les conflits, un lourd tribut à la guerre. Pourquoi nous avons tous soif de ces photographes qui rapportent des portraits de ceux qui parmi les civils, subissent la violence de la guerre. Photographier, c’est aussi témoigner à partir d’images qui restent ancrées dans les mémoires. Personne n’a oublié ces photographes spécialisés dans le portrait : à la sortie des camps de concentration, ils nous ont offert les visages poignants de ces déportés, devenus des morts-vivants. Aujourd’hui, l’INA se doit à travers ses archivistes qui ont suivi la formation d’Ina Expert, de collecter ces documents comme ceux de toutes les guerres. Ils seront pour les générations futures la trace visuelle d’une époque, de souffrances.

Les avantagesLes inconvénients
  • Métier accessible et intéressant
  • Une vraie culture
  • Une passion, un métier ludique
  • Devenir indépendant n’est pas chose évidente
  • Le budget nécessaire
  • Être reconnu n’est pas aisé (beaucoup de photographes sur le marché) 

 Photographe paysage soleil

2 commentaires sur “Emprunter le chemin du photographe

  1. Bonjour,
    J’essaye de devenir photographe de façon autodidacte mais également en suivant des cours. Je ne suis qu’une photographe débutante pour l’instant mais je suis très motivée pour apprendre. J’aimerais savoir si vous pensez que je devrais essayer d’apprendre et de découvrir la photographie dans d’autres pays ? Si oui, lesquelles ?
    Merci pour votre compréhension.
    Bien cordialement,
    Laure

    1. Bonjour,
      Intéressant. En effet c’est une bonne idée de voyager pour devenir un bon photographe. J’ai trouvé ce site, si cela peut vous éclaircir et vous aider : http://www.photographesdumonde.com/l-esprit-voyage-photo .
      Vous pourriez peut-être essayer de les contacter concernant votre demande.
      N’hésitez pas à revenir vers nous par la suite, si vous auriez d’autres questions ou bien si vous auriez trouvé les réponses à vos questions pour nous en informer !
      Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *