La liste des métiers en train de disparaître…

« Autres temps, autres mœurs », cet adage prend tout son sens dans l’univers professionnel d’aujourd’hui. Ces deux dernières décennies, nous avons assisté à l’arrivée d’une quantité importante de nouveaux métiers. Si certains d’entre eux sont formels, les autres le sont moins. Ils ont muté en même temps que la technologie, en voici la preuve. La liste des métiers qui est présentée ci-dessous s’est essoufflée ou n’existe quasiment plus.

Le blanchisseur

Eh oui ! Bien que la machine à laver ne soit pas une création récente, seules les plus riches familles européennes pouvaient en posséder un, et encore, elles ne l’utilisaient que très rarement, car il s’agissait d’un objet de luxe. Autrefois, les foyers, même issus d’un milieu modeste, avaient une blanchisseuse à leur service. C’est la buandière qui se chargeait d’emmener le linge vers un battoir pour la lessive. Ces métiers qui recrutent ont été remplacés par le pressing, qui est lui aussi une filière qui est en train de s’essouffler. Le fait est que les gens ne confient aux pressings que leurs vêtements les plus fragiles. Pas assez rentables vous dites ? Oui, c’est exactement le cas. Malgré un service personnalisé, les gens possèdent désormais l’équipement nécessaire pour le nettoyage de leurs habits dans leur propre buanderie.

Le bourreau

BourreauEn France, les bourreaux n’existent plus. En effet, cette profession se raréfie considérablement depuis que la peine de mort est abolie un peu partout dans le monde. Il n’est cependant pas futile de noter qu’avant 1981, les bourreaux étaient encore très nombreux sur le territoire. Et bien que la façon d’ôter la vie des condamnés à mort fût rendue plus humaine, les bourreaux étaient quand même appelés ainsi. Aux États-Unis, certains États sont encore en faveur de la peine de mort,  en conséquence, le métier y est toujours exercé.

La standardiste téléphonique

Il s’agit de la demoiselle qui fût en charge de transférer un appel vers le domicile d’un récepteur, lorsque le service n’était pas encore automatisé. Auparavant, ce fut un métier qui recrute. Plusieurs équipes de femmes se relayaient jour et nuit afin de mettre en lien des communications. La profession la plus proche de standardiste téléphonique est sans aucun doute la téléopératrice. Cette dernière est investie d’une mission qui est tout à fait différente, et qui est celle de vous appeler au moment le plus inopportun pour vous poser des questions tout à fait futiles sur votre abonnement téléphonique ou votre nouvelle assurance vie.

Les loueurs de vêtements

Au 17e siècle, la France était jonchée d’entreprises de location de vêtements. Ce fut un véritable métier. Aujourd’hui, on n’en compte qu’une bonne vingtaine, et dont la moitié n’offre que des prestations virtuelles. Aux États-Unis, ce phénomène connaît un regain d’intérêt. Outre-Atlantique, les riches et les moins riches se prennent au jeu, et n’hésitent pas à étrenner des habits de location au cours des événements les plus importants de leurs vies comme les mariages ou les enterrements. Il faut reconnaître que le concept est assez récent en France, il faut donc donner aux acteurs du temps pour qu’ils puissent trouver leurs marques.

Le barbier, le vrai service

Rasoir barbierActuellement, on ne compte qu’une centaine d’enseignes encore ouvertes sur tout le territoire. Attention, il faut différencier le travail du barbier et celui du coiffeur. Le barbier est par définition la personne qui prend soin de raser, de couper et de tailler la barbe des messieurs. Ces derniers, s’ils ont une barbe, prennent soin eux-mêmes de leurs barbiches. Les rasoirs électriques sont de plus en plus aboutis en termes de technologie, il est tout à fait normal que le métier de barbier n’existe presque plus.

Le vendeur ambulant de journaux

vendeur de journauxD’antan, le crieur de journal était un vrai travail. Bien que ce métier existe encore dans certains pays d’Afrique, il ne l’est plus en France depuis des années. De nos jours, les crieurs de journaux sont remplacés par les kiosques ou les distributeurs automatiques. Pour l’anecdote, le crieur d’information, au 19e siècle, était chargé de délivrer les informations les plus importantes auprès des points de passage les plus fréquentés des grandes villes.

 

Le mineur

Les métiers qui recrutent dans les mines n’existent plus en France depuis près de 10 ans. En effet, la dernière mine d’exploitation minière située dans l’est a été fermée en 2004. Cette fermeture a également entrainé la disparition de nombreuses autres professions, qui sont toujours liées au domaine de la mine. Dans d’autres pays, l’emploie existe encore, malgré une motorisation barbare des procédés d’extraction.

Le poinçonneur de ticket de métro

Ticket de metro poinconQuand les tourniquets automatiques n’existaient pas encore, les tickets de métro étaient contrôlés par le poinçonneur. C’était à lui que revenait la lourde tâche de faire des petits trous sur les tickets. Le poinçonneur était placé dans une guérite près des quais, il lui fallait donc travailler très vite. Ce poste nécessitait de l’adresse et une bonne mémoire visuelle.

Les métiers d’avenir

La présente liste des métiers ne vous est présentée qu’à titre informatif. Si vous êtes en manque d’idées pour votre avenir, pourquoi n’iriez-vous pas vous ouvrir vers une tout autre filière en pleine expansion ?

le futur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *